La migration comme métaphore : Précédée de Le voile et le linceul – Bilb-weil.de

La Migration comme m taphore a rencontr un succ s qui nous conduit proposer aujourd hui une troisi me dition Comme l illustre la postface, Lettre aux gens de la mer , de nombreux lecteurs, migrants, travailleurs sociaux et humanitaires, th rapeutes, universitaires, journalistes g n ralistes ou sp cialis s, ont salu la qualit , l originalit et la profonde humanit de cet crit Dans un avant propos in dit, Le voile et le linceul , l auteur montre comment son approche des ph nom nes migratoires pourrait contribuer la conception de politiques susceptibles de pr venir le cycle des exclusions, violences, attentats et r pressions Le miroir et la boussole , pr face l dition italienne, cl t l ouvrage, en soulignant son caract re novateur Nous sommes tous des migrants, affirme l auteur Migrations g ographiques, culturelles, sociales, temporelles nous ne sommes jamais les m mes, ni dans le m me monde, au fil de notre vie C est parce que nous n en avons pas conscience que, professionnels de la sant , du social, de l ducation, citoyens, lus, creusons avec les autres, autochtones ou trangers, une asym trie qui exacerbe les maux et les violences que nous souhaitons pourtant combattre Jean Claude M traux, p dopsychiatre, s appuie sur son exp rience pour dynamiter certaines id es re ues sur la relation d aide, l accompagnement, le travail clinique, l enseignement et la recherche Il propose une approche originale des concepts de reconnaissance, de don et de deuil, en faisant dialoguer les travaux d historiens, de philosophes, d anthropologues avec sa pratique quotidienne, dont les exemples maillent ces pages L enjeu est de taille transformer notre monde aujourd hui p tri d exclusions