Best Le livre noir du colonialisme – Bilb-weil.de

Dans le cadre de ses travaux sur le totalitarisme, Hannah Arendt avait associ l imp rialisme colonial au nazisme et au communisme Cet ouvrage fait de cette parent son point de d part pour retracer l histoire du colonialisme sous ses dimensions et ses figures multiples Il s agit aussi bien de rendre compte des pages sanglantes de la colonisation exterminations, d portations, esclavage que d analyser l id ologie l gitimant l entreprise coloniale, le colonialisme proprement parler Une vingtaine de sp cialistes, historiens pour la plupart, ont donc travaill sous la direction de Marc Ferro pour traiter ces questions sous l angle g ographique Am riques, Afrique, Asie et th matique le sort des femmes, l anticolonialisme, le colonialisme travers la chanson fran aiseCet ouvrage collectif et volumineux constitue une v ritable somme sur le colonialisme l chelle du globe, du XVIe au XXIesi cle Ses analyses d taill es, sa diversit d approches, ses nombreux documents, sans oublier son ancrage dans l actualit r cente, feront le bonheur de tous ceux qui s int ressent ce sujet Si l on peut contester certains partis pris initiaux ou l unilat ralisme de certains d veloppements, l ouvrage a le m rite d tre engag et toujours solidement argument il donne donc mati re d battre Arnaud Stephanopoli Ce texte fait r f rence l dition Brochce tournant du mill naire, par un retournement des mentalit s li aux drames du si cle pass , la prise de conscience des violences commises ici et ailleurs, une partie de l opinion des vieilles nations europ ennes s est inscrite dans une id ologie des droits de l homme qui pointe l ensemble des crimes commis au nom de l tat rouge ou brun, de l tat nation et des victoires de la civilisation G n reuses dans la d nonciation des crimes du communisme ou du nazisme, ces soci t s occidentales affectent volontiers de croire aujourd hui que ceux du colonialisme leur ont t cach s Or cette croyance est un mythe, m me si certains des exc s commis ont bien t expurg s de la m moire commune Ainsi, en France, les manuels scolaires des deux premiers tiers du XXe si cle, relataient avec quel entrain Bugeaud et Saint Arnaud br laient les douars lors de la conqu te de l Alg rie, comment aux Indes, lors de la r volte des Cipayes en , des officiers anglais pla aient des hindous et des musulmans la bouche des canons, comment Pizarre ex cuta Atahulapa Yupanqui, comment Gallieni passait les Malgaches au fil de l p e Ces violences taient connues et, pour l Alg rie, d s l poque de Tocqueville Au Tonkin, des t moins ont vu cent fois des piquets surmont s de t tes, sans arr t renouvel es , ce que reproduisaient les magazines de la m tropole Le manuel Malet Isaac, dition , crivait qu apr s la r volte kabyle de , la r pression fut prompte et vigoureuse, avec ex cutions, d portation des chefs, lourdes amendes et confiscation des terres Le g n ral Lapasset, que cite Charles Ageron en , jugeait d sque l ab me cr entre colons et indig nes serait un jour ou l autre combl par des cadavres Tous ces faits taient connus, publics Mais s il tait av r que les d noncer avait pour but de mettre en cause l uvre de la France , leur existence tait ni e le gouvernement peut avoir tort, mais mon pays a toujours raison Int rioris e, cette conviction demeure elle se nourrit autant de l autocensure des citoyens que de la censure des autorit s Encore aujourd hui, par exemple, aucun des films ou missions de t l vision qui d noncent des abus commis aux colonies ne figure parmi les cent productions en t te du box office ou de l indice d coute Outre Atlantique, le retournement concernant l extermination des Indiens a eu lieu, un type de western succ dant un autre avec la Fl che bris e de Delmer Daves, film pro indien et antiraciste produit avant les crimes commis par l aviation am ricaine pendant la guerre du Vietnam et qu allait perp tuer le retournement mais dans la r alit , cette prise de conscience n a gu re modifi la politique de Washington vis vis des r serves indiennes En Australie, la prise de conscience, due l action des aborig nes et des juristes est encore plus r cente mais la majorit d mocratique blanche s oppose ce qu elle soit vraiment suivie d effets Ces constatations n cessitent une remise en perspective du r le des principaux acteurs de l Histoire, en m tropole ou aux colonies, voire des d coupages chronologiques que la tradition a institu s Ce texte fait r f rence l dition Broch